De Saint Cucufa à la Saintélyon

A l’invitation de Julien, samedi dernier, j’ai retrouvé toute une bande de joyeux trailers frontale sur la tête à Rueil-Malmaison. Le maitre des lieux nous avait concocté un parcours d’environ 25 km en guise de dernière grosse sortie longue pour ceux qui comme moi préparent la Saintélyon. Cette sortie marque en effet la fin de la partie active du plan de préparation. J’ai suivi tant bien que mal les séances programmées. Certaines sont passées à la trappe, mais j’ai fait du travail de qualité sur les séances stratégiques de seuil, ainsi que sur les sorties longues. Je suis donc assez satisfait de ma préparation, même si je m’entends encore dire à Clara, au retour de certaines sorties difficiles, « j’arriverai jamais au bout de cette Saintélyon !! ». Le début de cette dernière grosse semaine a été perturbé par la survenue d’un virus intestinal qui m’a cloué au lit deux jours durant. Je traine encore une certaine fatigue malgré le repos que j’ai choisi de privilégier.

Saturday Night Frontale

18h15, nous partons à la suite de Julien. Dans le groupe il y a quelques têtes familières de la Runnosphère et du Taillefer Trail Team : Sébastien, Philippe, Fabrice et Nicolas, Patrick de Running Café, Fred Brossard de Runners, mais aussi Morgan que je rencontre enfin après de nombreux échanges via nos blogs et réseaux sociaux. 18 au départ tout de même !

Le parcours passe par l’île des impressionnistes, sur des petits chemins parfois boueux en bord de Seine. Pas très concentré, je choisis cet endroit pour trébucher sur une pierre et m’étaler de tout mon long par terre. Miraculeusement je tombe et glisse sur les feuilles mortes sans toucher une autre pierre. Même pas une égratignure, sauf peut-être pour ma fierté ! Puis le Parc de la Jonchère, avec une jolie petite descente, les Gallicourts où nous travaillons bien les descentes à fond et montées tranquilles.

L’angoisse de la frontale

Dans ces descentes très rapides où j’ai souvent Julien dans le dos avec un vrai phare sur la tête, je me rends compte que je suis très gêné par ma propre ombre, que la puissance insuffisante de ma frontale ne parvient pas à compenser. C’est con, mais ce petit détail va me tracasser toute la semaine, pour finalement me dire qu’il est trop tard pour changer une pièce aussi importante de l’équipement, et qui ne pourrait pas être suffisamment testée avant l’épreuve. De plus, je n’ai pas envie de céder à cette « course à la puissance » pour le moment, mais bon, je sais que j’y viendrai probablement un jour…

Saint Cucufa, enfin !

Julien nous a prévu un ravito de qualité à mi-parcours et nous prenons le temps de nous restaurer.

Noostromo Running Blog - Ravitaillement à la Saturday Night Frontale

Noostromo Running Blog – Ravitaillement à la Saturday Night Frontale

Puis nous entamons la traversée du bois de Saint Cucufa et le tour de son fameux étang. Depuis le temps que j’en entends parler ! Tout plein de singles en montées et descentes, c’est super sympa ! Pour terminer et rejoindre notre point de départ, 4 km de descente rapide en ville, pendant lesquels je m’accroche à Philippe qui semble à peine toucher le bitume. Ouch, trop rapide. A 500m de l’arrivée, grosse grosse crampe dans la cuisse gauche. Ça faisait quelques kilomètres que j’étais à sec et j’avais eu la flemme de remplir ma poche à eau à la sortie de la forêt. Après avoir été dépanné par un de mes petits camarades, la crampe fini par passer et nous rejoignons l’arrivée. Julien nous réserve encore un ravito énorme. Une belle sortie, vraiment ! Les sorties longues (plus de 3h…), ça passe mieux en groupe. 500 D+ pour 25 km. Ainsi s’achève cette 7e semaine de préparation. Reste 2 semaines de relâchement.

Profil de la Saturday Night Frontale - 24,25 km 500D+ 3h10

Profil de la Saturday Night Frontale – 24,25 km 500D+ 3h10

La Saintélyon, dans une semaine

Samedi prochain, ce sera le grand jour. Le point final à une préparation difficile de 9 semaines. J’ai hâte d’y être. L’écran du bureau de MacOS affiche le profil de la course ainsi que mes projections chronométriques secteur par secteur. Je ressens le besoin de préparer mon sac. J’ai envie d’être prêt. J’ai hâte d’y être !

Non, non, je ne pense pas qu'à la Saintélyon ^^

Non, non, je ne pense pas qu’à la Saintélyon ^^

Ils en parlent…

La photo d’en tête de ce billet appartient à Jahom.

12 thoughts on “De Saint Cucufa à la Saintélyon”

  1. Dépanneur de Noostromo et fier de l’être… si crampe se reproduit ou si en panne sêche tu tombes, tu trouveras âme(s) charitable(s) aussi sur la SaintéLyon, va en paix mon fils 😉

  2. Content que ça t’ai plu. Mais u peu déçu d’avoir loupé la glissade dans les feuilles 😉
    C’était une bonne dernière répétition. Il n’y a pas qu’à faire 3 fois la même chose samedi prochain !
    Promos je baisse la puissance de ma frontale si je suis derrière toi..

  3. Alors tu n’es pas comme les lapins que se mettent a courir dans la lumière des phares?^^
    En tout cas c’est le genre de chose que l’on ne peut imaginer lors de sorties seul.
    Bon, tu n’auras pas forcement un Julien derrière toi dimanche matin! En tout cas je te trouve prêt physiquement et moralement pour cette grande balade nocturne. ça va vite être là…sois patient..et ne tape pas trop dans ton stock de crèmes de marrons en attendant 😉

Laisser un commentaire :