TEST – Suunto Ambit

Noostromo Running Blog - Suunto Ambit, le test

Après un premier billet présentant les principales caractéristiques de la montre cardio-gps-abc Suunto Ambit, j’ai poursuivi mon test au cours de séances de running nombreuses et variées, dont la Saintélyon. Je vais maintenant revenir dans le détail sur ce formidable outil. Avant d’entrer dans le vif du sujet, je vais tout de suite tuer le suspens insoutenable : l’Ambit a pris la place de mon vétéran Garmin 405 dans ma panoplie de coureur à pied. Examinons maintenant pourquoi j’ai finalement fait ce choix.

Considérations esthétiques et confort

Suunto Ambit Black - la classe

Suunto Ambit Black – la classe

L’Ambit, c’est une montre et c’est déjà un point fort. Elle ressemble à une montre, et comme toute montre, elle est capable d’afficher l’heure (toute référence à une « montre » cardio-GPS-abc équivalente d’une marque concurrente n’est pas du tout fortuite). Elle affiche donc l’heure, la date, mais aussi l’altitude actuelle et ses variations sur les dernières 12h, une boussole et dispose d’une mode chronomètre basique rapidement accessible. A noter que dans ce mode basique (appelé aussi « ABC », pour Altimètre, Baromètre, Compas), son autonomie est d’environ 30 jours. J’ai même pu vérifier ce chiffre au moment de ma coupure après la Saintélyon, course après laquelle j’avais rechargé complètement la montre. A mon poignet la montre fonctionnait toujours plus d’un mois après.

Suunto ANT Heart Rate Belt

Suunto ANT Heart Rate Belt

Confortable au poignet, après s’être habitué au poids (78g), elle se porte bien la journée, même sans courir. La longueur du bracelet est suffisante pour la placer par dessus une première couche en hiver. La ceinture cardiaque est d’un confort que je n’avais encore jamais ressenti avec les ceintures Garmin (plastique et textile) et ne m’a jusqu’à présent généré aucune irritation par frottement. Avec une mesure battement par battement, elle donne dès le début de la séance une fréquence cardiaque précise sans préparation particulière ou humidification (la ceinture Garmin textile avait la fâcheuse tendance de perdre la boule sur les premières minutes d’une séance, en particulier par temps froid).

La mesure de la vitesse instantanée

Pour ces sorties de test, j’ai également à l’autre poignet ma fidèle Garmin 405. Même si elles ne jouent pas dans la même catégorie, elle va tout de même me permettre de comparer deux points : la précision du GPS et la vitesse instantanée.

Suunto FusedSpeed™

Suunto FusedSpeed™

Suunto a incorporé dans l’Ambit une nouvelle méthode de lissage de la vitesse instantanée : le Fused Speed qui permettrait une meilleure indication de la vitesse instantanée, même dans les cas de changements brusques d’allure. Il est vrai que c’est le gros défaut de toutes les montres GPS, ceci étant lié à l’instabilité relative du signal. On peut corriger ce problème en confiant la mesure de la vitesse instantanée à un footpod équipé d’un accéléromètre (comme sur ma Garmin). L’Ambit étant équipé d’un accéléromètre, cela permet de s’affranchir du footpod. Et alors ? Mes premières impressions étaient plutôt mitigées sur cette fonction. J’observais d’importantes variations dans l’affichage de l’allure. Après une rapide recherche dans la notice, je me suis rendu compte que j’utilisais mal cette capacité : j’avais tendance à regarder la montre trop longtemps, perturbant donc probablement l’accéléromètre, d’où ces importantes variations d’affichage. Lors d’un test VMA organisé par la Runnosphère début janvier, je n’avais que l’Ambit pour réaliser l’exercice. La mesure de la vitesse instantanée s’est révélée extrêmement précise pendant toute la durée du test. Il faut bien veiller à ne pas trop perturber votre mouvement en s’attardant trop sur l’affichage de la montre. Un petit coup d’oeil rapide suffit 🙂

A ce sujet, depuis la dernière mise à jour, l’Ambit est devenue compatible avec tous les dispositifs ANT+, quelque soit la marque.

L’altimètre barométrique

Borne IGN de nivellement

Borne IGN de nivellement PBK3-115a

Pour vérifier et calibrer l’altimètre, je prends le départ de mes séances depuis une borne géodésique de l’IGN située à l’angle des rues Royale et Leclerc à Versailles. Pour les intéressés, son petit nom est PBK3-115a (fiche IGN). L’altitude annoncée est de 125m. Je calibre donc l’altimètre avec cette donnée. C’est assez utile ce réseau de bornes géodésiques, cela permet d’avoir des indications de positionnement et d’altitude assez fiables. Bon, parfois les bornes n’existent plus où sont devenues inaccessibles avec le temps et les modifications du terrain. Le réseau de bornes est consultable en ligne sur le site geodesie.ign.fr. A mon retour après 2h de sortie, l’Ambit affiche une altitude de 119m au même point, soit 6 mètres de moins qu’au départ. Globalement sur l’ensemble de mes sorties avec l’Ambit j’ai toujours constaté le même type d’écart, quelque soit la durée de la sortie. Compte-tenu des variations de la météo entre le début et la fin de la sortie, on peut donc qualifier l’altimètre barométrique de l’Ambit de fiable. Sur la Saintélyon 2012, j’ai obtenu 1596 D+ / 1937 D- pour 1500/1900 annoncés, avec de grosses variations météo et sans recalibrage en course.

Cette fonction altimètre présente toutefois un défaut qui est assez gênant : l’absence de possibilité de le calibrer automatiquement avec le GPS lorsqu’on a aucune idée de l’altitude. Si la calibration n’est pas faite au début de chaque sortie, il n’y a pratiquement aucune chance que l’altitude soit juste (mais le calcul du dénivelé et la courbe restent corrects évidemment). On peut limiter les variations d’une séance sur l’autre en configurant le mode alti-baro sur automatique entre les séances. Ainsi en l’absence de mouvement, l’ambit interprète les variations de pression comme un changement météo et en mouvement comme un changement d’altitude. Mais avoir la possibilité de calibrer avec le GPS serait un plus indéniable, même si la précision est moindre. Cela éviterait de se retrouver avec des graphiques de dénivelé sous le niveau de la mer par exemple. Ou alors, avoir la possibilité sur movescount de modifier l’altitude du point de départ a postériori.

La précision du GPS

La vitesse d’acquisition des satellites de l’Ambit est assez époustouflante. Moins de 20 secondes en général, parfois moins de 5 ! Cette rapidité est sans doute liée au chargement des éphémérides dans la montre à chaque synchronisation. Je dois parfois attendre pratiquement 5 minutes pour que ma Garmin se localise… En l’absence de synchronisation récente, cela peut prendre plus de temps, jusqu’à une minute trente maximum selon mes observations. Niveau précision générale, il n’y a pas de différence significative entre les 2 traces. Tantôt c’est Garmin qui est plus précis, tantôt c’est l’Ambit. Le fait d’enregistrer plus de points (1 par seconde pour l’Ambit, contre 1 toutes les 4s pour la 405) ne semble donc pas vraiment augmenter la précision de la trace, sauf sur des parcours présentant beaucoup de changements de direction où lAmbit s’en sort beaucoup mieux. A titre d’exemple, sur la piste de 200m sur laquelle je fais mes séances VMA, le tracé de l’Ambit est beaucoup plus réaliste. Mais nous verrons plus loin que l’Ambit n’est pas (encore ?) vraiment faite pour la piste.

Suivi d’itinéraire

Une fonction de la montre assez bien faite, que j’apprécie beaucoup. Déjà, il est facilement possible de créer un itinéraire sur movescount. Mieux encore, pour les adeptes des GR et des chemins sur carte IGN, créez votre parcours sur openrunner, puis exportez le au format kml_5 (ça marche moins bien avec le gpx) et importez le dans movescount. Vous pouvez ensuite lui ajouter des points de passages et l’envoyer à l’Ambit. Voici un exemple avec la sortie de la Runnosphère à Versailles du mois de janvier dernier :

Movescount : tracé d'itinéraire

Movescount : tracé d’itinéraire

Ne reste plus qu’à synchroniser la montre et se laisser guider via les 3 modes d’affichage possibles :

Suunto Ambit - Suivi d'itinéraire

Suunto Ambit – Suivi d’itinéraire :
1. Vue générale
2. Zoom
3. Guidage de points en points

Plus aucune excuse pour se perdre (note pour moi-même^^).

Movescount

C’est la plateforme en ligne de Suunto. Elle sert à stocker et visualiser vos séances, vos itinéraires et la configuration de votre montre. Outre les modes d’activité pré-enregistrés, vous pouvez créer les vôtres. Libre à vous de créer un mode d’activité pour une course spécifique. Pour la Saintélyon 2012, j’avais créé un mode spécial pour la course :

Suunto Ambit - Personalisation des écrans sur movescount

Suunto Ambit – Personnalisation des écrans sur movescount

Vous pouvez afficher sur une deux ou trois lignes les différentes données concernant :

  • les paramètres généraux : Chronomètre, Double temps, Heure HHMM, Vierge, Altitude, Montée, Descente, Pression d’air au niveau de la mer, Température
  • la vitesse : Distance, Rythme moyen, Vitesse, Vitesse moyenne, Rythme, Cadence, Vitesse verticale,
  • la fréquence cardiaque : Fréquence cardiaque, Fréquence cardiaque moyenne, Pic d’Effet d’Entraînement, Calories
  • les tours (laps) : Tour, Durée du parcours, Distance parcourue, Vitesse de parcours, Rythme de parcours
  • les Apps : vous avez la possibilité d’ajouter une App par mode d’activité. Les Apps sont des petites applications programmables (par vos soins, ou à récupérer sur l’App Zone) qui vont permettre d’afficher une donnée calculée spécifique à partir des variables disponibles : par exemple, l’application Marathon time vous affiche une estimation de votre temps final tout au long de l’épreuve.

Vous avez bien entendu la possibilité de partager votre séance sur les réseaux sociaux, blogs, etc…

Il y aussi tout une partie communautaire avec la possibilité de rejoindre des groupes (comme par exemple le groupe Runnosphère), de suivre vos amis et discuter avec eux. Il y a aussi un planificateur d’entrainements. Vous pouvez même créer un programme d’entrainement.

J’ai appris à aimer cette plateforme, singulièrement différente de l’épuré Garmin Connect. Je la trouve parfois un peu lourde, mais les possibilités d’exploitation des données sont immenses.

Suivez mes Moves sur

Un fil à la patte

Il faut le savoir, pour configurer finement votre Ambit, il faut un ordinateur ayant un accès à internet. Tout passe par Movescount. Les paramètres généraux, personnels et surtout les écrans d’affichage. Si au moment de démarrer votre rando de 3 semaines en autosuffisance loin de tout ordinateur, vous vous rendez compte que le seul mode d’activité que vous avez laissé dans l’Ambit est la natation indoor, il y aura surement de quoi se taper la tête contre l’arbre le plus proche. Bon, cette mésaventure est assez peu probable. La configuration de ces écrans prend un peu de temps les premières séances, mais une fois que vous avez trouvé la personnalisation idéale, vous ne la changerez peu ou plus.

Intervalles

Un défaut qui fera qu’un bon nombre de coureurs se détournera de l’Ambit est l’impossibilité de programmer des séances d’intervalles complexes. La dernière version du firmware permet quand même de réaliser des séances très basiques (type 30/30…) mais sans échauffement et récupération. C’est encore nettement insuffisant et je ne peux qu’espérer une réelle possibilité de programmation avancée lors d’une future mise à jour.

PTE et temps de récupération

Le PTE (Pic d’Effet d’Entrainement) est une donnée assez intéressante fournie par l’Ambit à l’issue de chaque séance. Elle indique par un chiffre de 1 à 5 (avec une décimale) l’impact de la séance actuelle sur la performance aérobie maximum. Cette donnée s’adapte à la condition physique du moment. Plus vous êtes en forme, plus il faudra cravacher pendant les séances pour atteindre un PTE élevé. (il faut penser à correctement régler votre « Catégorie d’activité » dans les paramètres personnels, voire à un peu le surévaluer, sinon, vous aurez un PTE de 5 à chaque séance un peu soutenue ^^)

Le temps de récupération, également indiqué par la montre en fin de séances estime le temps nécessaire à votre organisme pour récupérer totalement de la séance. Il prend en compte l’état de fatigue lié à la charge d’entrainement et se cumule au temps de récupération de la séance précédente si celui-ci n’a pas été respecté.

En conclusion

Je ne peux aujourd’hui plus me passer de cette montre. En plus d’être un bel objet, elle s’avère être d’un usage simple et agréable et d’une fiabilité remarquable.

Les plus :

  • look
  • fiabilité et précision
  • suivi d’itinéraire
  • fonctionnalités innovantes
  • les apps
  • autonomie

Les moins :

  • programmation séances complexes d’intervalles impossibles

Les avis de la Runnosphère sur l’Ambit :

8 thoughts on “TEST – Suunto Ambit”

  1. Bonjour, en tout cas merci pour le partage d expérience envisageant l achat de l ambit 1 , est il possible de programmer un entraînement de plusieurs séances sur plusieurs semaines en vu d un semi ou d un trail?

    1. Il est possible de créer ou d’utiliser un plan d’entrainement sur movescount, mais ça ne change rien au fait qu’il n’est pas possible de programmer simplement des séances complexes sur les Ambit.
      Voici par exemple un plan d’entrainement pour marathon : http://www.movescount.com/trainingprograms/trainingprogram1063-Marathon_training

      Notez qu’il est quand même possible de programmer des séances complexes en utilisant les apps. Sur ce site (http://www.seckle.ch/tools/suunto-ambit-apps/time-interval-app/) vous pouvez créer à peu près n’importe quel type de séance.

      1. Est ce que l interface de movescount peut être configuré en français? Je voudrais avoir votre avis j hesite entre deux montre l ambit et le polar rc3 , j ai une pratique plutôt tourné vers le vtt trai et bientot quelques raide , laquel des deux serait la mieux adaptée?( fiabilitée,soliditée,facilitée d utilisation, de configuration,) j en demande sans doute trop ,j ai envis de faire le bon choix, surtout au prixd ces petits joujoux.
        sportivement.

          1. Ok très bien, mais pour ma pars L ambit 2 est hors budget , d ou l intérêt que je porte à l ambit et au rc3 , le choix n est pas facile tant qu on as pas eu les produits entre les mains

Laisser un commentaire :