Trail des Passerelles du Monteynard 2014 – récit

C’est les vacances ! Enfin ! Une semaine à la montagne, tranquille, en famille. Bon, en réalité je commence dès le dimanche par le Trail des Passerelles, co-organisé (de main de maître) par le Taillefer Trail Team. La raison m’a orienté vers la version 33km de la course. Le 17 km aurait presque suffit tant je me présente au départ à court de forme. 3 petites sorties pour un cumul de 30km dans le mois précédent la course. C’est faible. Les conditions météo plutôt électriques n’ont pas arrangé mes affaires. Récit d’une course mi-galère mi-plaisir.

Un départ presque manqué

8h28, je suis sur la ligne de départ, certes en queue de peloton, mais bien content d’y être arrivé tant ce fut serré au niveau timing. 2 heures de route pour arriver sur place, un parking bien plus lointain qu’indiqué, un retrait du dossard un brin tendu, mais ouf, j’y suis et j’ai même eu le luxe de pouvoir m’arrêter aux toilettes ! Pas eu le temps de voir Vinvin20 qui officie en tant que bénévole sur un ravitaillement du trail de l’Ebron (17km).

Et hop c’est le départ. Je suis déjà chaud (j’ai couru entre le parking et le village départ). J’essaie donc de partir vite comme j’en ai l’habitude. Sauf que la première portion que j’avais jugée « plate » sur le profil de la course, ne l’est pas tout à fait. C’est une succession de petites cotes et descentes qui s’avère très usante. Je m’y casse un peu les pattes. Et c’est avec un certain soulagement que j’arrive à la première passerelle.

Récupération sur la passerelle

Interdit de courir sur les passerelles. Tout le monde marche. J’en profite pour récupérer un peu des 5 premiers kilomètres. La passerelle oscille beaucoup, il faut souvent se tenir pour ne pas tomber. C’est beau. Le lac du Monteynard est un lac artificiel créé par la construction d’un barrage en 1962. C’est un petit paradis pour les activités nautiques, mais aussi, avec la construction de 2 passerelles himalayennes, pour la randonnée, le VTT et donc le trail-running.

Trail des passerelles du Monteynard 2014 - Passerelle de l Ebron - Noostromo Running Blog

Trail des passerelles du Monteynard 2014 – Passerelle de l Ebron – Noostromo Running Blog

Juste après ça monte en single-track. Pas très fort, même pas 200D+. Mais déjà je me dis que cette course risque d’être bien longue, alors que les 2 principales difficultés sont encore devant. Je suis d’ailleurs un peu perplexe devant l’altimètre qui indique 300D+ à peine en 10km ; il en reste donc 1500 devant !! Dans la descente qui conduit à la Passerelle du Drac, un énorme orage éclate. Je m’arrête pour enfiler la veste de pluie (l’Ultra Rain Jacket de Waa, elle coute un bras, voire deux, mais c’est un super produit. Un billet test est à venir). Je range la GoPro (pas pris le caisson étanche), et essaie de protéger mon téléphone des trombes d’eau qui s’abattent sur nous). Ça gronde au-dessus de nous. Et le sol est en train de se transformer en une véritable patinoire de boue argileuse. Même les mythiques Columbia Ravenous, que j’ai ressorti du placard pour l’occasion, n’accrochent pas grand chose dans cette mélasse.

Trail des passerelles du Monteynard 2014 - Juste avant l'orage - Noostromo Running Blog

Trail des passerelles du Monteynard 2014 – Juste avant l’orage

L’orage se calme progressivement, mais il pleut toujours. Je suis un peu dans ma bulle sous ma capuche. J’attends que ça passe. J’ai passé la seconde passerelle, et maintenant ça grimpe sans discontinuer. J’avance lentement. 5 km de montée, 600 D+. Je souffre en silence. Ça glisse terriblement. J’avance de 30 cm et je recule de 20 !

Le point culminant de la course est passé. Je me lance dans la descente. C’est aussi raide qu’à la montée, et ça glisse tout autant. Je ne vais pas très vite, mais je remarque cependant qu’il vaut mieux continuer à courir dans les portions délicates plutôt que d’essayer de les passer en marchant. Curieusement ça glisse beaucoup moins en courant. Ça peut sembler évident pour les trailers aguerris, mais pour moi c’est une découverte ! Et du coup, je prends beaucoup plus de plaisir à partir de cet instant de la course. Je suis plus relâché et même plus rapide aussi. Enfin j’ai l’impression de l’être, car je traine déjà une grosse fatigue physique.

La pause du 17e.

Cinq minutes de pause au ravitaillement du 17e. C’est la mi-course et il ne pleut plus ou presque. L’ambiance est très sympa sur ce ravitaillement dans le petit village de Mayres-Savel. Je retire la veste de pluie et repart tranquillement finir la descente qui nous ramène à la passerelle du Drac.

Trail des passerelles du Monteynard 2014 - Vers la passerelle du Drac - Noostromo Running Blog

Trail des passerelles du Monteynard 2014 – Vers la passerelle du Drac

Je suis fatigué mais plus serein. Je profite de l’environnement. C’est un bel endroit pour courir. Et c’est aussi pourquoi je suis venu ici.

Trail des passerelles du Monteynard 2014 - Passerelle du Drac (retour) - Noostromo Running Blog

Trail des passerelles du Monteynard 2014 – Passerelle du Drac (retour). Il y a même un timide rayon de soleil ! (faut bien regarder hein ^^)

Pour rejoindre la passerelle de l’Ebron, c’est le même chemin qu’à l’aller. Depuis le ravito du 17e km, je cours avec un petit groupe de 4-5 coureurs. On a à peu de choses près le même rythme. Ça aide un peu à maintenir une allure correcte.

On repasse sur la passerelle de l’Ebron. Si vous avez bien compté, c’est le 4e et dernier passage sur une passerelle (notons au passage que les sensibles au vertige n’ont pas du être à leur aise). Encore un ravito (on risquait pas de mourir de faim sur ce trail ^^). Et puis ça grimpe à nouveau, très fort. C’est la deuxième difficulté de la course. Dur dur !

Il y a un superbe panorama sur le lac et la passerelle de l’Ebron et je prends quelques minutes de pause pour le contempler. Peu après, et plus haut, on entre dans le brouillard et au sommet, la vue est complètement bouchée, on ne voit rien à 3 mètres. Tant pis, pas de raison de s’attarder. Un coup de fil à Vinvin pour lui dire où j’en suis et c’est reparti, le plus vite possible (tout est relatif) dans la descente finale.

Arrivée sur la plage

L’arrivée est proche. Je reste prudent dans cette dernière descente particulièrement casse-gueule. J’entends la sono du village. Les derniers hectomètres se font sur la plage de gros galets et voilà, c’est terminé.

440e/560 – 218e/252 (SEH) – 5h50:45
33km – 1800D+

Bien content d’être arrivé. Je fais une longue pause au ravitaillement avant de retrouver Vinvin20 pour débriefer de la course. On croise Carole du TTT qui a fait une belle course sur le maratrail. Je ne traine pas trop, j’ai encore 2h de route pour revenir à La Toussuire, la station de nos vacances. Et tout en discutant, Vinvin me raccompagne à ma voiture. C’était une belle course, malgré les conditions humides et donc boueuses. Le franchissement des passerelles me laisse de bien belles images dans la tête.

Trail des passerelles du Monteynard 2014 - Noostromo et Vinvin20 - Noostromo Running Blog

Trail des passerelles du Monteynard 2014 – Noostromo et Vinvin20 (photo vinvin20)

Bilan

Niveau organisation, pas grand chose à redire, c’était du bon boulot. Les bénévoles étaient très sympa (je m’excuse auprès de la dame que j’ai copieusement éclaboussée de boue dans une glissade involontaire et pas trop contrôlée ^^) et les ravitaillements nombreux et bien garnis. Il manquait peut-être un peu de coca sur certains, mais bon, ça reste du détail.

Concernant ma course, après avoir subi pendant l’orage, je me suis plutôt bien amusé dans la deuxième partie du parcours. Je manquais un peu de fond et de gainage pour encaisser les grosses difficultés. La faute à mon (trop) grand relâchement après la maxi-race.

Au niveau alimentation, que du très classique : compotes, pâtes d’amande et eau claire avec un peu de coca aux ravitaillements.

Datas

Trail des passerelles du Monteynard 2014 - Datas Rubitrack - Noostromo Running Blog

Trail des passerelles du Monteynard 2014 – Datas Rubitrack

Avec une fréquence cardiaque moyenne de 161 bpm (80%FCR) (sur près de 6h…), on peut dire que j’ai plus souffert qu’à Annecy (et que j’étais moins bien préparé).

Les datas complètes sont disponibles sur Movescount.

Equipement

Trail des passerelles du Monteynard 2014 - Matériel - Noostromo Running Blog

Trail des passerelles du Monteynard 2014 – Matériel

J’ai pris un petit risque en utilisant les antiques (mais neuves) Columbia Ravenous 2010 alors que je n’avais jamais couru avec (oui je sais, je suis joueur^^). Elles ont été surprenantes d’accroche et de confort.

Dans le sac, j’avais :

  • une poche à eau de 1,5 L (obligatoire) avec de l’eau claire. Remplie au ravito du 17e km. Ravitaillements compris, j’ai consommé environ 3 litres de liquide.
  • 3 barres de pâte d’amande – toutes mangées
  • 2 gourdes de compotes – 1 mangée
  • kit de premiere urgence
  • une couverture de survie (obligatoire)
  • mon gobelet pliable
  • mon téléphone 
  • veste de pluie Waa Ultra Rain Jacket – utilisée
  • un tube de sportenine (homéopathie à base d’arnica) – 4 comprimés croqués
  • caméra GoPro sur mat téléscopique, mais peu utilisée.

 Récits de course

Merci

  • à l’organisation, sans faille malgré les conditions.
  • aux bénévoles sympas et chaleureux
  • à vinvin20 et au Taillefer Trail Team

Liens

12 réactions à “Trail des Passerelles du Monteynard 2014 – récit

  1. Pour avoir fait cette course (298ème en 5h08) pour mes débuts dans une course à pied, je trouve que les organisateurs postés sur le parcours ne sont pas assez informés pour indiquer aux coureurs la distance qu’il reste. Puis niveau accueil je ne me suis pas senti très à l’aise. À entendre certains habitués de trail en tout genre, ils ont été déçu des « cadeaux » de participation (à savoir une petite lampe et un gobelet à la fin… Maigre butin pour un tel effort ????)

    1. Bravo pour ta course, ce n’était pas la plus facile pour débuter !
      Pour répondre rapidement aux points que tu soulèves :
      – pour les indications de distance, je trouve que le site de l’épreuve est suffisamment détaillé (avec traces GPS et profils des courses) pour ne pas se sentir perdu sur le parcours (même sans montre GPS). Et puis les 4 franchissements de passerelles et les 2 sommets pouvaient constituer de bons repères, non ?
      – personnellement, je ne vais pas sur les courses (trails ou route) pour les « cadeaux ». J’apprécie d’ailleurs la possibilité qu’offrent certaines courses de s’affranchir de ça avec une réduction sur le tarif d’inscription à la clé (par exemple la maxi-race)

      1. D’accord, mais pour un débutant, se sentir épaulé par l’organisation juste par une info distance car on se trouve vite perdu… Même en ayant vu la carte dans les moindre détails auparavant, on perd vite nos repère pendant l’effort. Autre point que j’aimerais soulever, les ravitaillement n’étaient pas aux endroits indiqués dans la présentation du trail… Puis le premier ravitaillement nourriture à plus de 15km.. Au premier ravitaillement du parcours il n’y avait que la boisson. Sinon parcours magnifique, bien fléché, une ambiance exceptionnelle entre trailleur et randonneur. Une belle expérience que j’aimerai retenter. Je tenais juste à donner un avis sur mon ressenti 😉

        1. pas de soucis, tous les avis sont les bienvenus 😉
          Personnellement, pour éviter cette sensation de ne plus savoir où on en est sur un trail, j’imprime la carte avec le parcours en notant quelques points de repères.
          Je suis retourné voir sur le site, et effectivement, sur le plan il y a une erreur pouvant faire croire qu’il y a un ravitaillement solide avant la première passerelle, mais dans le texte de description, les ravitaillements sont bien précisés: »Ravitaillements : 10e (point d’eau), 17e (Mayres Savel église) , 23e (Passerelle de l’Ebron), + 28e (point d’eau) + l’arrivée ». Mais tu as raison, il y a bien une erreur sur la carte 😉
          Dans mon récit je n’ai pas parlé des randonneurs, mais c’était effectivement sympa de les croiser sur le parcours 🙂

  2. moi jla trouve super cette petite lampe !! bien pratique pour ceux qui passait la nuit dans la pinède pentue du camping héhé! et puis cest plus utile que tous ces t shirts moches qu’on récolte à chaque course 😉

  3. Sympa finalement cet enchaînement après Annecy, avec les vacances et surement un peu moins de « pression »
    L’année prochaine tu reviens pour monter en haut du Sénépy ?
    La vue vaut vraiment le détour 😉

    1. Haha la pression, j’aurais peut être du en boire un peu moins, je serais allé plus vite 😉
      note qu’ils ont utilisé un parcours de repli, sans le sommet du Sénépy cette année (de toute façon, la vue était bouchée !)

Laisser un commentaire :