QBRC 2015 – Récit

QBRC 2015 – Une rentrée à l’arrache

Je ne sais pas ce qui m’a pris, quand j’ai coché la case « 20km » au moment de l’inscription. Ou plutôt si, je le sais, mais c’est avouer que ce n’était pas raisonnable. 12 km cela aurait été bien suffisant. Comme une sortie très classique. Mais non, ce sera 20 !

Tiens, faisons un petit tableau pour/contre s’inscrire à un trail de 20km/550D+ la semaine de la rentrée :

QBRC

6 septembre 2015
20 km – 550D+
17€
http://qbrc.free.fr

POUR

  • le départ est à moins de 3 km de la maison
  • j’ai déjà fait le 12km il y a 5 ans, alors pour changer, je tente le 20
  • il y a de la bière au ravito de l’arrivée
  • cet été je me suis entrainé en montagne (bon j’ai couru une seule fois, mais ça compte !)
  • il y a un super challenge avec deux autres courses à moins de 3 km de la maison (oh le prétexte pour s’inscrire à ces deux courses)
  • c’est notre dernière année à Versailles

CONTRE

  • je ne suis pas assez entrainé (32 km en tout ces 2 mois d’été)

Bon, le POUR l’emporte largement il me semble, non ? Bon, eh bien en avant !

Pré-course

Le départ est à 10h à Viroflay, dans un gymnase tout en haut d’une longue côte. Je me rends sur place en vélo, prévoyant une heure de marge pour pouvoir être sur d’avoir un dossard. C’est rare maintenant ces courses où l’on peut encore s’inscrire le jour même. Ambiance sympa sur place. Preuve que j’y vais un peu à l’arrache : j’ai bien pensé au certificat médical, mais surprise au moment de payer, c’est 17€ et non 10€ (pourtant le tarif n’a pas bougé depuis la première édition). En raclant toutes les nombreuses poches de mon sac de trail, je rassemble péniblement 16€. Argh !! évidemment je n’ose pas demander aux autres trailers de me dépanner. Heureusement, au moment où je me décide à reprendre le vélo pour essayer de trouver un distributeur, je croise Sylvain, qui me dépanne de la pièce manquante 🙂

Ouf, me voilà avec mon dossard. Je laisse un sac à la consigne en y mettant précieusement le cadeau de la course (une brosse à dent ! – cela devient une sorte de tradition, le cadeau un peu décalé, sur cette course ^^) puis direction la ligne de départ un peu plus bas, en compagnie de Sylvain.

QBRC 2015 - Le cadeau !
QBRC 2015 - Le cadeau !
QBRC 2015 - Ambiance !!
Ambiance !!

QBRC 2015 – Départ !

Après un petit topo de l’adjoint au maire, nous nous élançons quelques secondes après les 3 Joëlettes des Dunes d’Espoir. Le départ est commun pour le 12 et le 20 km. Je cours en compagnie de Sylvain sur le début de course qui nous emmène du côté de la forêt de Meudon. Il ne vise pas grand chose, mais moins de deux heures tout de même. Cela me semble bien illusoire en ce qui me concerne. Je table plutôt sur un moins de 2h30, mais je le garde pour moi et je cours.

Forêt de Porchefontaine

Après deux kilomètres urbains, nous pénétrons dans la forêt de Porchefontaine, théâtre des deux autres courses du challenge des 3 saisons : le Vertrail (couru en 2014) et le cross de la Sablière (couru en 2014 et 2015). Les premiers raidillons arrivent, et je laisse filer Sylvain (il finira loin devant moi en 1h52). J’ai en point de mire la Joëlette de tête depuis un moment, mais ils envoient du gros les gars et je suis tellement lent dans les montées, que je n’arriverai jamais à les dépasser !

Après plusieurs raidillons et descentes abruptes, nous sortons de la forêt. Un petit ravito avec uniquement de l’eau se présente. 20 secondes d’arrêt. Je fais un point rapide. Une chose se confirme, je suis parti trop vite. La fin risque d’être difficile. Mais à part cette lassitude musculaire déjà marquée, le reste va bien !

Viroflay

Pour atteindre la forêt de Fausses-Reposes, il faut retraverser Viroflay. Cette transition urbaine aurait pu être bien pénible, mais le tracé choisi privilégie des petites rues bien agréables, et des petits passages piétonniers. J’en profite pour récupérer un peu, le profil étant plutôt descendant.

La mi-course est passée. Un photographe immortalise cet instant (merci à lui pour les photos de la course : son site)

QBRC 2015 - Passage urbain
QBRC 2015 - Passage urbain
QBRC 2015 - à l'assaut de Fausses-Reposes
QBRC 2015 - à l'assaut de Fausses-Reposes

Ca commence par une grosse côte. Dans la descente suivante les coureurs du 12 km tournent à gauche et nous quittent pour en finir avec leur parcours.

Forêt de Porchefontaine

Nous continuons tout droit vers un ravitaillement en solides et en eau. Nous sommes 5 ou 6 au ravito. Je repars le premier. Pour la première fois de la course je suis absolument seul. Je dois faire attention au balisage pour ne pas sortir de ce tortueux parcours. Un autre coureur me rattrape à la faveur d’une montée (vous vous souvenez, ce n’est pas mon point fort aujourd’hui…). On discute quelques instants. Il a loupé une balise juste avant et c’est donc octroyé quelques hectomètres supplémentaires. D’une façon générale le balisage est suffisant sans être omniprésent (le souvenir du Vertrail émerge avec son balisage massif – genre un bout de rubalise tous les 10 mètres). Au fil des kilomètres, je perds encore des places dans les montées, sans toujours parvenir à les reprendre dans les descentes.

Petit kiosque dans la forêt de Fausses-Reposes
Petit kiosque dans la forêt de Fausses-Reposes
QBRC 2015 - Seul
QBRC 2015 - Seul

C’est vraiment une belle forêt. De beaux, grands et vieux arbres. J’ai le temps de les regarder, d’en profiter, à mon allure d’escargot. Je me fais reprendre par un petit groupe. 2 filles me dépassent, l’une bondit littéralement à chaque foulée, essayant d’entrainer l’autre qui a visiblement plus de mal, avec force encouragements vocaux. On arrive au dernier point d’eau, au bord d’un des étangs de Ville d’Avray.

Un petit verre d’eau et je repars en faisant quelques photos de l’endroit plutôt bucolique. Il reste un peu moins de 5 kilomètres à parcourir. Je commence à fatiguer sérieusement. Il y a toujours du monde derrière, je ne suis donc pas dernier, mais devant, c’est le grand vide, personne pour me tirer, pour me servir de point de mire.

J’avance à mon rythme (pas bien vite hein !), mais c’est long et il y a encore quelques uns de ces raidillons caractéristiques des forêts franciliennes.

QBRC 2015 - Etangs de Gorot à Ville d'Avray - noostromo
Etangs de Gorot à Ville d'Avray

Final

La fin est proche ! je croise à nouveau des bénévoles qui m’encouragent.

QBRC 2015 - Km 19

Un dernier effort, une dernière descente et je passe au niveau de la table de chronométrage qui relève mon numéro de dossard (oui, c’est un chronométrage sans puce, à l’ancienne). 2h16:00 pour ces presque 20 km et 550 D+ à ma montre. Pas si mal, finalement ! Je m’empresse d’aller au bar, chercher ma « boisson de récupération« . Malheureusement, plus grand chose à manger…

En cinq ans, rien n’a changé, c’est toujours aussi bien cette QBRC (Quelques Bonnes Raisons de Courir, pour les curieux). Bravo et merci aux organisateurs et aux bénévoles !

Résultats

  • Temps : 2h16:00
  • Scratch : 225e/246
  • SEH : 82e/87

Quelques statistiques

Matériel

  • Chaussures : Salomon X-Scream-1
  • GPS : Suunto Ambit
  • Sac: Quechua Trail 10L

Données corporelles

  • Poids : 98 kg
  • FC moyenne/max : 172/188

Données de la course

Distance totale: 19.96 km
Altitude maximum: 143 m
Altitude minimum: 48 m
Denivelé total positif : 659 m
Denivelé total négatif: -649 m
Durée totale: 02:16:06
Télécharger

Comptes-rendus

8 thoughts on “QBRC 2015 – Récit”

Laisser un commentaire :