Vertrail by Night 2015 – Récit

Pour cette dernière course de l’année, je reste dans la course locale. C’est la deuxième fois que je participe à cette épreuve (récit du Vertrail 2014), qui tombe toujours le week-end de la Saintélyon. C’est un trail court semi-nocturne. Une mini-Sainté quoi ! Le Vertrail by Night, organisé dans le bois de Porchefontaine par les élèves de lycée Marie Curie de Versailles, est la deuxième manche du challenge des trois saisons, après la QBRC et avant le cross de la Sablière (7 février 2016). A l’issue du Vertrail, j’occupe la 46e et dernière position. Il faut dire que cette course n’a pas été facile pour moi, comme on va le voir ensemble…

Vertrail 2015 - - Noostromo Running Blog

Pas de Shuseth cette année, pour cause de Saintexpress, mais c’est Julien (@mangeurcailloux) qui me tient compagnie en attendant le départ. Toujours sympa de retrouver des amis sur les courses 🙂 L’avantage des courses locales, c’est que le déplacement est minime, l’inconvénient, c’est que la pression est faible en avant-course, et du coup, en ce qui me concerne, la préparation de la course tourne souvent au grand n’importe quoi. Cette fois-ci j’ai fait assez fort. Déjà, je ne me suis pas inscrit avant. Ensuite, je prépare le matériel à la dernière minute : je charge la frontale à peine 1 heure, me disant que cela suffira largement pour cette « petite » course. Enfin, je change de sac au dernier moment en me rendant compte que la poche à eau fuyait à grosses gouttes. Mais bon, je suis à l’heure sur la ligne de départ à côté de Julien et je pense encore que tout ira bien.

La Runnosphère au Vertrail 2015 - Noostromo Running Blog

La Runnosphère au Vertrail 2015 – Noostromo Running Blog

Départ du Vertrail 2015

17h30, le départ est donné. Julien file vers l’avant pendant que je pars à mon rythme. Il ne fait pas encore totalement nuit, donc je laisse la frontale éteinte pour l’instant. Je suis au milieu d’un peloton qui s’étire rapidement pour s’engouffrer sur les chemins assez larges au début, mais qui vont en se rétrécissant au fur et à mesure de notre progression.

Je me sens plutôt bien en ce début de course. J’ai trouvé un rythme qui me convient, je pense avoir judicieusement choisi mes couches de vêtements. Je profite bien. J’ai allumé ma frontale juste avant un grosse descente vers le 3e kilomètre. J’avais presque oublié la puissance rassurante de la Nao.

Le balisage est remarquable, rubalise et bombe fluo (peinture biodégradable) ne laissent pas la place au doute. Le tout associé à la présence d’élèves sur les points clés du parcours.

Oups

La mi-course est passée. Je commence à me sentir un peu moins bien. Je cherche dans mon sac une gourde de compote. En vain ! Lors de mon changement de sac de dernière minute, j’ai oublié de transférer le ravitaillement ! Embêtant, mais pas dramatique sur le coup. Je me dis qu’il reste moins de 10 km, ça devrait aller. Mais en 3-4 km, ça se dégrade sévèrement. Je suis en hypoglycémie et ça va de moins en moins bien. Je finis par m’arrêter près d’un élève du lycée et lui demande s’il n’a pas un truc à manger pour me dépanner. Il est super sympa et me donne des granolas qu’il avait par chance dans son sac ! Ouf ! et un grand merci à lui ! Je repars en marchant tranquillement pour manger les précieux gâteaux. Je sais maintenant que j’irai au bout !

La panne

Un kilomètre plus loin, je me retrouve dans le noir. La batterie n’a pas tenu, insuffisamment rechargée. Evidemment, la lampe de secours est aussi restée dans le sac à la maison. 13e kilomètre, il en reste donc au moins 4 à faire dans ces conditions. Je reste donc dans les pas d’autres concurrents pour profiter de leur lumière. Cela marche plutôt bien, car fort heureusement le terrain n’est pas très technique. Le seul problème est qu’il y a de moins en moins de coureurs autour de moi. Je finis tout de même les dernières centaines de mètres avec la lumière du flash de mon téléphone…

L’arrivée du Vertrail 2015

Je franchis la ligne en 2h07:06 à la 388e place sur 417 arrivants, vraiment pas très frais. Je me jette littéralement sur le ravitaillement !

Une course plutôt difficile pour moi, en grande partie par ma faute. Mais bon, j’aime toujours courir la nuit à la frontale (ou sans^^), c’est un autre monde.

Datas

Matériel :

Données corporelles :

  • Poids : 99 kg
  • FC moyenne/max : 164/184

Données de la course :

 Comptes-rendus

1 thought on “Vertrail by Night 2015 – Récit”

Laisser un commentaire :