RS#178 – La Nocturne du Hans 2011

Après le semi-marathon de Strasbourg, mi-mai, nous voici de retour en Alsace pour une course atypique : la Nocturne du Hans.

Une course nocturne dans les rues d’Obernai et le vignoble alentour. Les 3300 places sont parties en 15 jours à peine. C’est dire le succès et la popularité de cette course.

Après une bonne nuit dans la toute nouvelle Chambre d’hôtes La Célestine (allez-y, c’est bieeeeeeeen !!!), la journée du samedi se passe tranquillement à Strasbourg, avec un repas d’anniversaire (un peu en avance hein ^^), une balade dans le centre et quelques emplettes.

Chambres d'Hôtes La Celestine à Strasbourg

Nous partons vers 19h en direction d’Obernai, petite ville à une trentaine de kilomètres de Strasbourg. Sur place nous récupérons nos dossards et notre super-casquette-à-LED-des-10-ans-de-la-course. Petit miracle, malgré mon colossal tour de tête, j’arrive à l’enfiler. Elle est plutôt serrée mais ça ira 🙂

Noctune du Hans Touch

Noctune du Hans Touch

Ah oui, j’oubliais un élément important : la météo !

C’est l’automne ce soir en Alsace. On se croirait presque fin octobre, voire même début novembre. Il fait froid, il pleut et il y a un vent glacial. J’ai prévu un cuissard court et un t-shirt manches courtes pour courir. J’ai pour l’instant ma veste Columbia par dessus, qui me tient à peine plus chaud. Je pense faire la course avec, tellement je suis frigorifié.

Nocturne du Hans - Ambiance festive

Nocturne du Hans - Ambiance festive

20H30, nous sommes sous la halle de verre pour manger un bout. Difficile de résister à un plat bien de chez nous : la flammenkuche avec un bon demi de bière ! Un petit bretzel pour bien tasser tout ça, c’est parfait ! Pas terrible comme repas d’avant course, surtout aussi proche du départ, mais bon, on se refait pas hein ^^

Nocturne du Hans - Le repas du sportif

Nocturne du Hans - Le repas du sportif

Bonne ambiance sous cette halle. Les habitants sont venus se mêler aux coureurs et accompagnants. Ca fait une ambiance « fête de village » 😀

Un orchestre nous joue quelques bon airs bien de chez nous et Clara nous fait une petite démonstration de Polka piquée, sous les yeux admiratifs des locaux 😉

Noctune du Hans - Ambiance festive

Noctune du Hans - Ambiance festive

On accroche nos dossards sur les T-Shirts du TTTrail, la puce en papier sur la chaussure (XR Crossmax 1) et on réveille les garnin de leur torpeur.

21h50, nous quittons l’abri relatif de la halle pour rejoindre, sous la pluie, la ligne de départ. Nous sommes de la troisième vague, prévue à 22h09.

Petit coup de stress devant le bouchon de coureurs devant nous. Un feu d’artifice est tiré, les gens regardent, ça n’avance pas. Quel méli-mélo !

Le starter donne le départ de la course et nous voyons la première vague passer devant nous. Nous arrivons petit à petit à nous faufiler entre les barrières , les spectateurs et les parapluies pour rejoindre l’entrée du sas au moment où la deuxième vague prend le départ.

Du coup, nous sommes en première ligne de notre vague. Il va falloir partir vite pour éviter les bousculades et ne pas se faire tasser contre les barrières.

On allume nos casquettes et à 22h09, c’est parti !

Nocturne du Hans - le Parcours

le Parcours

Je pars au sprint (sans échauffement !) sur la route mouillée du centre-ville d’Obernai. Je reste au contact de la tête de ma vague pendant quelques centaines de mètres avant de réduire l’allure. Je me fais évidemment dépasser par de nombreux coureurs à cet instant de la course, mais j’ai évité les bousculades et coups de coude. En regardant le parcours très tourmenté et le profil de la course (3 cotes dont une de 60m sur 1300m, 110D+ au total), je me disais qu’une heure est un objectif raisonnable compte tenu de mon absence totale de travail de VMA depuis 2 mois.

4’17 pour cette première borne. L’ambiance est hallucinante, il y a un monde fou sur les côtés de la route qui encouragent les participants. J’aurai plusieurs fois l’impression d’être un coureur cycliste au sommet d’un col alpin 😀

Passé ce premier kilomètre, une première petite cote, qui permet de chauffer un peu les quadriceps. Les bords de route sont balisés par de petites loupiotes de couleur, et par endroits, ce sont des flambeaux qui encadrent la route portés par des bénévoles incroyablement nombreux.

Profil de la Nocturne du Hans

Profil de la Nocturne du Hans

Nous courons à présent sur une sorte de chemin en gravier, à l’extérieur de la ville. Après cette première cote très raide, une petite descente nous conduit au km 2 au début de l’ascension du Mont National. 4’35 pour ce deuxième kilomètre, malgré la cote. Je me dis que je suis un peu vite quand même…

Je monte à bon train ce Mont National qui culmine à 290m d’altitude. Le dénivelé est d’environ 60m sur 1300m. Je trouve que le degré de la pente ressemble assez à celui de la côte des Gardes du Paris-Versailles. En plus c’est très régulier. Un ravitaillement nous attend au sommet. Je prend un verre d’eau et en avale deux gorgées en marchant sur 10 mètres et je me lance dans la descente.

La vue sur Obernai juste en dessous et la Plaine d’Alsace dans la pénombre est incroyable !

5’22 et 5’09 pour les km 3 et 4.

La descente qui suit, sensiblement de même longueur, permet d’allonger un peu la foulée et gagner en vitesse. 4’18 pour le km 5, tout en descente. Dans le bas de la descente nous croisons les coureurs d’une vague suivante qui entament leur ascension. Ce défilé de lumière est de toute beauté !

Le parcours revient un peu vers la ville, alternant entre le goudron et les graviers. Mes Salomon XR Crossmax sont à l’aise, même si j’ai quelques appréhensions sur le goudron mouillé. Et toujours cette ambiance ! on dirait vraiment que tous les habitants d’Obernai sont dehors ! La pluie s’est heureusement arrêtée pour le départ de la course, mais je me dis que ça doit être encore plus fou s’il fait beau !

Nous sommes 3000 à avoir pris le départ (sur 3300 inscrits), c’est franchement excellent vu les conditions météo très défavorables.

Je sens bien que le repas me reste un peu sur l’estomac, pas de surprise. Cela me gène un peu, mais pas au point de m’handicaper pour la course. Et puis de toute façon, avec tellement de monde au bord de la route, il n’est pas question de flancher et de se mettre à marcher !

La suite du parcours est plutôt plate, mais avec beaucoup de relances. Comme vous pouvez le voir sur le plan, le tracé est très tortueux. Il y a de nombreux secteurs pavés qui obligent à la prudence, surtout dans les virages serrés.

Je dépasse un coureur complètement illuminé de guirlandes. Un peu plus loin, c’est les 4 daltons, encore enchaînés qui se font la belle ^^

Et toujours ce monde, cette foule, qui crie votre prénom (inscrit sur le dossard, en grand ^^), la musique délivrée par les nombreux orchestres, le tout composant une joyeuse cacophonie qui a le don de vous donner des ailes ! Je me sens si bien, quel plaisir, quel plaisir !!! Je pense à Clara quelque part derrière moi et espère qu’elle prend autant de plaisir que moi sur cette course.

4’39 (6e), 4’57 (7e).

Une dernière côte, dans les champs de maïs, entourés de flambeaux. Bien raide, j’y laisse mes dernière forces. 5’07 pour ce 8e km en cote.

Le reste est constitué de faux plats, tantôt montants, tantôt descendants. Des virages à angle droit, un virage très glissant sur une planche de bois (mais signalé par les spectateurs par des « Attention ça glisse ») ; j’y entends les encouragements de ma mère et Claude venus en supporters.

 4’53 (9e), 4’53 (10e)

Je passe aux 10 km en un peu plus de 48′, pensant au passage au temps écoulé depuis les 10 km de Paris-Centre 2010, course au cours de laquelle j’avais à l’époque pulvérisé ma marque sur la distance en un temps assez similaire.

J’accélère dans un sprint final endiablé, encouragé par des milliers de supporters. Je prends ces encouragements pour moi (d’autant que certains crient mon nom ^^), je suis transporté, presque exalté ! J’ai même un moment une sensation d’étouffement face à cette masse, heureusement passagère.

 4’37 (11e)

J’accélère encore. Après un virage, on prend une allée bordée d’arbres que je crois reconnaitre. C’est l’arrivée !

Je franchis la ligne en 57’03 (à ma montre et chrono officiel) après un dernier kilomètre en 4’17 (aussi rapide que le premier km ^^)

Je reprends doucement mon souffle dans le sas d’arrivée. J’attends Clara qui arrivera une dizaine de minutes plus tard, toute contente de sa course en 1h09 et de l’ambiance survoltée.

Nous croiserons Mathès qu’on a failli pas reconnaitre ^^ Malheureusement blessé depuis quelques temps, il a donné son dossard à quelqu’un. Quelques minutes de discussion et nous repartons vers la voiture. Je suis trempé, non pas de pluie, mais de sueur ! et je commence à avoir froid.

noostromo et Running Newbie (photo http://blog.mathes67.com )

noostromo et Running Newbie à l'arrivée (photo http://blog.mathes67.com )

En allant vers la voiture, je reçois les SMS avec mon temps et mon classement. Ca c’est du rapide !!!

 Bilan :

  • super content de ma course, de bonnes sensations presque tout du long.
  • une course magique, malgré les mauvaises conditions météo
  • une organisation bien foutue, sauf dans la gestion de l’accès des coureurs à la ligne de départ (ou alors on a loupé un panneau indicateur quelque part…)

 Classement et Statistiques

  • 12 km en 57,03
  • 115m D+ / 115m D-
  • 751e sur 2994 au scratch
  • 318e sur 745 de ma catégorie SH
  • 4’45 /km en moyenne, soit 12,62 km/h
  • je termine à 18’30 du vainqueur Samir Baala (frère de Mehdi Baala, qui a lamentablement fait parler de lui dernièrement)

 Allure et Altitude

Nocturne du Hans 2011 - Allure et Altitude

Nocturne du Hans 2011 - Allure et Altitude

 Tracé GPS

 [custom_field field= »embed » this_post= »1″ limit= »1″ between= »,  » /]

Comptes-rendus et liens divers :

 

12 réactions à “RS#178 – La Nocturne du Hans 2011

  1. Une belle course, et encore plus belle quand je lis ton récit, ça me dégoute encore plus de ne pas avoir pu la faire… Mais félicitation à toi pour ton récit et ton chrono pour cette course glissante…

  2. pas mal…
    mais c’est bien la peine de faire un billet aussi long pour oublier l’essentiel : la vidéo de clara dansant la polka piquée !!!

  3. Avec quelques jours de retard (je ne sais pas combien d’ailleurs), je te souhaite un bon anniversaire!
    Super course encore une fois!!
    Et un temps remarquable. La Flam’s ça donne la pêche. 😉
    Sympa ces dossards avec le prenom.
    Maintenant, bonnes vacances et bon périple Pyrénéens!

Laisser un commentaire :