Ecotrail de Paris 2014 : récit de mes 50 km

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Vignette

En cette belle matinée, nous arrivons en famille au bord du Grand Canal du Château de Versailles. Dans quelques minutes, je prendrai le départ du 50 km de l’Ecotrail de Paris. C’est la 7e édition de cette course et ma troisième participation (en 2011, : le 18km Twin Santé en compagnie de Clara et Seb et en 2013 le Trail 30 km). Je suis extrêmement confiant. Je vise un chrono au plus proche de 4h30. Le terrain devrait être très sec et la météo chaude et ensoleillée. Je connais très bien le parcours pour avoir fait 3 sorties longues de repérage sur les deux premiers tiers. Bref, toutes les conditions sont réunies pour faire de cette course une belle fête.

Sur place, nous retrouvons Bastien, en train de remplir son sac de course avec des gels périmés, puis arrivent Nicolas et Philippe. On discute un peu sur l’herbe, au bord de l’eau. D’autres coureurs autour de nous se relaxent aussi avant le départ.

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Avant le départ

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – Avant le départ

Après une dernière inspection du sac par la coach, il est temps de rejoindre le sas de départ. Une dernière escale technique, dépot du sac à la consigne, puis nous nous plaçons assez proche de la ligne. C’est le moment du briefing. Rien de spécial au programme mis à part la chaleur un peu inhabituelle pour la saison et les rappels de sécurité d’usage.

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Le sas de départ (photo Organisation Ecotrail) - Sauras-tu démasquer le noostromo ?

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – Le sas de départ (photo Organisation Ecotrail) – Sauras-tu démasquer le noostromo ?

Départ du Trail 50 km !

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Avant le départ

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – Avant le départ

10h45, après s’être souhaité une bonne course, c’est le départ. J’ai élaboré une stratégie de course en tronçonnant le parcours en une dizaine de petits morceaux avec une allure cible pour chacun. Je sais que mes prévisions sont optimistes. Selon ce plan, je devrais pouvoir rallier l’arrivée en 4h32. J’ai collé ça derrière une carte de parcours avec dénivelé, le tout plastifié et accroché au sac par un lacet. (ça c’est de l’organisation hein ^^)

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Stratégie de course

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – Stratégie de course

Dans cette stratégie, je dois courir les 8 premiers kilomètres (pratiquement plats) à 4:30/km. Dès la ligne de départ franchie j’accélère assez franchement pour coller le plus possible à la tête de course. Les premiers mètres sont assez délicats, dans une herbe assez haute. Le peloton se rabat sur le petit chemin stabilisé, mais pour continuer à dépasser, pas le choix, il faut courir dans l’herbe un moment, avant de trouver de la place pour courir à son allure. Une fois le bord du canal atteint, le chemin devient plus large. J’arrive à tenir l’allure sans trop de difficulté pour le moment.

Une fois de l’autre côté du canal, on peut observer la file presque interminable de coureurs sur le bord opposé. J’ai déjà près de 2 km d’avance sur la queue du peloton !

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Autour du Grand Canal  (photo Antony Daumontel)

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – Autour du Grand Canal (photo Antony Daumontel)

Après le tour du Canal, on passe sur le premier point de contrôle. Je suis 73e (je n’ai bien sur pas une connaissance très précise de mon classement à ce moment là ni plus tard, mais j’ai toujours estimé être dans les 200 premiers sur l’ensemble de la course)

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Classement CP1

Premières difficultés

On sort du parc du château pour rejoindre la Pièce d’Eau des Suisses par la nouvelle allée Lenôtre. Toujours à 13km/h, il n’y a déjà plus grand monde autour de moi. Quelques petits groupes se forment, deux ou trois coureurs à chaque fois.

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - KM 8 - Pièce d'eau des Suisses

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – KM 8 – Pièce d’eau des Suisses

Nous attaquons la première difficulté : la montée vers le plateau de Satory. C’est pas la partie la plus sympa, beaucoup de bords de route, bords de voie ferrée, puis bord de route à nouveau, mais un joli point de vue sur Versailles.

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Point du vue sur Versailles

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – Point du vue sur Versailles (photo prise la semaine précédente)

Enfin on entre vraiment dans la forêt. 46′ pour les 10 premiers kilomètres. Ça se présente bien ! On emprunte quelques singles assez sympa, mais je suis pratiquement seul, et quand je perds de vue le coureur précédent, je dois faire attention au balisage (je prends la peine de le souligner car ce n’est pas si fréquent ;)

On redescend rapidement vers Buc qu’on ne fait que traverser pour passer de l’autre côté. Le sentier est ici très sablonneux, et comme il a fait très sec ces dernières semaines, j’ai un peu l’impression de courir sur une plage (mais sans la mer…) Puis arrive un vrai mur. Trop raide pour courir (mais sur la photo ci-dessous, on dirait bien que je cours^^). Puis c’est un très joli sentier qui descend tranquillement vers Les-Loges-en-Josas. Ceux qui n’ont pas la tête dans le guidon peuvent admirer les magnifiques arcades de Buc au détour du chemin (j’avoue, je n’ai pas regardé cette fois ^^).

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Dans le bois des Gonards

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – Dans le bois des Gonards

Sur cette portion j’ai perdu ma fiche plastifiée :(. Le lacet s’est dénoué et je ne m’en suis pas rendu compte. Tant pis ! Je sais que je suis toujours dans le tempo. Cela ne m’inquiète pas plus que ça (j’ai à ce moment là 3 minutes d’avance).

Nous remontons de l’autre côté par une belle et franche montée, suivie d’un faux plat montant jusqu’au pont autoroutier de Velizy. Je marche encore dans la portion la plus pentue. Je me fais doubler par plusieurs grappes de coureurs. C’est toujours un peu déprimant de se faire dépasser ainsi, mais je savais qu’en faisant le pari de partir très vite, je perdrais forcement des places plus tard. Après l’autoroute, on entre dans la forêt de Porchefontaine. Là c’est vraiment mon terrain d’entrainement, à quelques pas de la maison. On passe sur quelques portions du Cross de la Sablière couru il y a un peu plus d’un mois. Je profite d’une cote très raide pour manger un barre amande et croquer un cachet de Sportenine. Je crains en effet de souffrir de crampes, compte-tenu de la chaleur inhabituelle et du premier ravitaillement assez lointain (km 28). J’espère ne pas manquer d’eau.

Dans la longue côte de la Chaumière, il y a du monde pour nous encourager, c’est sympa, d’autant plus qu’il est possible de courir dans cette montée. (J’ai 6 minutes d’avance sur mon tableau de marche)

On est à présent dans la grande Forêt de Meudon. On arpente de larges pistes, des singles tortueux, on enjambe des troncs d’arbres, on passe sous d’autres. C’est une partie que j’aime beaucoup ! Au virage en épingle de Vélizy, je pense reconnaitre Sylvie derrière son appareil photo. Mais le temps que mon cerveau fasse la connexion, je suis déjà trop loin (c’est pas que je vais vite, hein, c’est que mon cerveau fonctionne un peu au ralenti ^^)

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Forêt de Meudon (http://sydoky.over-blog.com/)

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – Forêt de Meudon (http://sydoky.over-blog.com/)

Au pied d’une énorme côte, je regarde ma montre. 25 km – presque 12 km/h de moyenne. Ça me semble un peu rapide par rapport à mes prévisions, mais je n’en suis pas sur et puis surtout j’ai toujours de bonnes sensations. La tour radio de Meudon est juste là, et puis une belle descente rapide et roulante. Une dernière montée et voilà enfin le ravitaillement de Chaville.

Chaville – Ravitaillement – KM 28

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Classement CP2

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – Classement CP2

J’ai perdu une trentaine de place. Les trailers « diesel » m’ont dépassé dans ce secteur assez vallonné. Je suis toujours impressionné par ces gars qui arrivent à garder une allure quasi constante (et rapide) quelle que soit la nature du terrain.

Je fais le plein de ma poche à eau. Je n’ai consommé que 1L sur ces 28 km. C’est peu vues les conditions quasi estivales. Puis je vais au stand pour boire 2 verres de coca et 2 verres d’eau. Je mange aussi en me forçant un peu une rondelle de saucisson (pas très bon) et 2 tucs. Pas faim.

Je repars en marchant pendant quelques centaines de mètres, le temps de consulter un texto d’encouragement de Clara et de finir de boire mon gobelet d’eau.

De Chaville à Saint Cloud

Moins de 5 minutes au ravito, c’était bien optimisé. On traverse la route des Gardes, puis une montée encore très raide, avant une descente vertigineuse (imaginez un peu, 100m de dénivelé négatif d’un coup ^^). Je m’économise un peu dans la descente en prévision de la longue partie descendante vers Saint Cloud.

La remontée vers la forêt de Fausses-Repose est raide et difficile. J’accuse un peu le coup. Je suis à la recherche d’un second souffle, mais il tarde à venir. Je marche beaucoup, mais c’est la partie la plus difficile de la course au niveau dénivelé, donc je ne m’inquiète pas, d’autant moins que mon GPS m’affiche une allure moyenne confortable de 6:30/km sur ce secteur.

Au sommet de la dernière difficulté, un spectateur-runner sympa donne la distance jusqu’au dernier ravito, nous disant qu’il n’y a « presque » plus que de la descente jusqu’à l’arrivée 17 km plus loin. Et il annonce à la féminine juste devant moi qu’elle est 6e, que la 5e n’est pas loin et que la 4e est cuite ! Moi aussi, je suis pas mal cuit. Je guette les prochaines cotes pour avoir une raison de marcher. Je me sens un peu oppressé au niveau respiratoire et j’ai un peu la nausée. Je ne sais pas si j’ai pris un petit coup de chaud ou si c’est le fait de ne pas parvenir à manger qui ne me réussit pas.

Après avoir traversé Marnes-la-Coquette, nous pénétrons dans le Domaine de Saint Cloud. C’est très joli, mais je commence à trouver le temps long. Il me tarde d’arriver au ravitaillement. Initialement, j’avais prévu de ne même pas m’y arrêter, mais depuis quelques kilomètres, je sais que j’y ferai une pause, rien que pour boire un verre de coca et essayer de manger quelque chose.

Saint-Cloud – Ravitaillement – KM 40

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Classement CP3

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – Classement CP3

Un spectateur m’annonce 120e. C’est assez conforme à ce que j’estimais. Quelques places de perdues dans cette partie, mais globalement les positions se stabilisent. 5 minutes d’arrêt, pour pas grand chose finalement. Un verre de coca et 3 ou 4 verres d’eau. Je vérifie ma poche à eau. Il en reste suffisamment pour la fin. Impossible d’avaler du solide. J’essaie de récupérer un peu. Mon sac est couvert de sel, témoin de mon importante transpiration. Depuis une dizaine de kilomètres, je commence à ressentir des douleurs lombaires. Je manque clairement de PPG, je n’en ai pas fait depuis janvier et je le paye maintenant.

La vue depuis la balustrade est magnifique et bien dégagée aujourd’hui.

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Panorama depuis la balustrade

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – Panorama depuis la balustrade

 Le calvaire des quais de Seine

Dans mon plan, je pensais pouvoir courir encore ces 10 derniers kilomètres à 12km/h. Encore une fois, j’étais très optimiste ! Je repars pourtant du ravito toujours dans le timing pour faire 4h30. En effet, il reste 10 bornes et 52 minutes pour les avaler. Mais en fait, j’ai les pires difficultés pour remettre les jambes (et la tête) en route. Pourtant ça ne fait que descendre vers la Seine !

Je vois rapidement que je ne pourrai jamais courir comme prévu. J’ai vraiment mal dans le dos, et je ne suis pas loin d’avoir des crampes. Un coureur est étendu sous sa couverture de survie. Il est déjà pris en charge, mais ça fait un peu froid dans le dos. J’avance aussi vite que possible, mais c’est assez fastidieux, et ces quais de Seine, souvent en bordure de route sont vraiment interminables.

Heureusement, il y a le passage dans l’île Saint-Germain, où je m’arrête à la même fontaine que l’année dernière pour boire un peu d’eau fraiche et mouiller ma casquette. Il fait très vraiment chaud. On continue sur les quais. Ça cogne, il n’y a pas d’ombre. Je suis cuit.

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - KM 47 - Si proche, si loin...

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – KM 47 – Si proche, si loin…

J’alterne marche et course comme on le voit sur cette photo. Nous traversons l’île aux cygnes. L’arrivée est à présent toute proche, contrairement à l’impression que donne cette photo ;)

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - KM 48 - Si proche, si loin...

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – KM 48 – Si proche, si loin…

Arrivée

J’accélère une dernière fois sur le quai Branly, au milieux des touristes et promeneurs.

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Arrivée - Le sprint final

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – Arrivée – Le sprint final

Pfiou c’est fini. 4h38:31 à la 117e place sur 1600 partants.

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Classement CP4

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – Classement CP4 (Final)

Je suis très content mais éreinté et très éprouvé par la fin de course. Il me faudra plusieurs minutes et beaucoup d’eau pour récupérer un minimum et quitter la zone d’arrivée. Toujours impossible de manger quoi que ce soit. Je me pose sur un banc juste à la sortie de la zone pour savourer un peu le moment en attendant les autres.

Et voici le #Selfinisher !

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Selfinisher

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – Selfinisher

Je vous épargne les 30 essais infructueux.

Oh et puis non ^^

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Selfinisher (bis)

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – Selfinisher (bis)

Bref, probablement trop concentré la-dessus, je ne vois pas passer Philippe qui termine pourtant peu de temps après moi. Je vais récupérer mes affaires au vestiaire, sans attendre Bastien ou Nicolas, qui arriveront un peu plus tard.

Quelle belle journée de trail !

Bilan

Cette 117e place est de loin mon meilleur résultat en trail. Je suis pour la première fois dans les 10% de tête (7,3% exactement) sur un trail, certes roulant mais au profil cassant et usant.

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Récapitulatif

Ecotrail de Paris 2014 – 50 km – Récapitulatif

Il y a deux choses qu’il faut que j’améliore dans la perspective des autres trails à venir : intégrer beaucoup de PPG dans les futurs plans et travailler mon alimentation en course.

Et puis, mise à part sur la fin du parcours où je pensais pouvoir être plus rapide (et moins souffrir), j’ai bien profité de ma course.

Datas

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Données GPS

164 bpm de moyenne, ce qui correspond à 82% FCR. L’effort cardiaque me semble optimal pour la distance et compte tenu de la chaleur. On voit assez bien que je galère à la sortie de chaque ravito pour me remettre en route.

Plus de datas sur Movescount.

Equipement

Ecotrail de Paris 2014 - 50 km - Equipement

Les X-Scream ont été à leur aise sur ce terrain très sec. Leur accroche n’a jamais été prise en défaut. Cependant, l’étroitesse de la toe box m’a occasionné quelques petites ampoules et j’ai ressenti une douleur inflammatoire sous le pied droit en fin de course, qui ne me quitte plus depuis. Difficile d’affirmer avec certitude que les chaussures sont en cause, mais j’ai un doute.

Dans le sac, j’avais :

  • une poche à eau de 1,5 L (obligatoire) avec un sirop isotonique. Ravitaillements compris, j’ai consommé environ 3,5 litres de liquide.
  • 5 barres de pâte d’amande – j’en ai consommé une seule
  • 1 gourde de crème de marrons – non utilisée
  • 1 kit de premiere urgence
  • une couverture de survie (obligatoire)
  • mon gobelet pliable
  • mon téléphone
  • 1 tube de Sportenine (3 comprimés utilisés)

Récits de course

Merci

D’abord aux bénévoles, aux petits soins pour nous aux ravitaillements, sur les sentiers et intersections, à l’organisation bien rodée, à Sylvie qui a passé sa journée sur le parcours pour nous encourager et photographier, à ma famille et aux amis pour leur soutient.

Vidéo officielle

Suivez Nootromo Running Blog sur Facebook

16 thoughts on “Ecotrail de Paris 2014 : récit de mes 50 km

  1. Hop

    C’est marrant, je crois que j’ai vu ta fiche de course par terre en courant !!!
    J’aurais du la ramasser et te l’apporter :p

    En tout cas bravo pour la perf, tu fais une super saison, je suis assez impressionné :)

    • ah ma fiche de course ! elle ne m’aura pas trop manqué finalement, sauf à la fin en sortant du ravito de saint cloud où je me suis un peu emmêlé les pinceaux dans mes calculs…

  2. Du travail de pro !
    Je suis impressionné.
    Bravo.

    Et le départ façon boulet de canon, c’était osé. Il y avait vraiment un risque de bouchon pour partir aussi vite ?

    En tout cas c’est un beau chrono que tu nous sors là, en enchaînement de la sainté.

    Et les selfinishers sont top. le choix a pa du être facile ;)

    Par contre t’as rien mangé (même pas la crême de marrons… trop sucrées ?)
    Tu as chargé aux ravitos ou même pas ?

    • Pour le départ le risque de bouchon était assez faible, le premier single étant à 10km du départ, mais depuis la SaintéLyon 2012, je me méfie ;)
      Pour l’alimentation, une barre amande, 2 tucs et une rondelle de saucisson au ravito de Chaville. Plus rien après, je pense que je ne l’aurai pas gardé. J’ai pu remanger un peu une heure après l’arrivée. C’est peut être une partie de l’explication du coup de mou de la fin…
      Merci !

  3. Bravo pour ta course et pour le CR ça donne une bonne vision de ce 50kms.
    Il est clair que le fait de ne pas pouvoir manger à du ajouter à la difficulté, tu n’as pas pensé aux gels ? Ça peut aider au cas ou.

    • Merci !
      Mouarf les gels, ça ne me réussissait pas trop quand j’en prenais. J’ai jamais trouvé un truc qui me convenais vraiment dans tout ce fatras de produits soit-disant « énergétiques » ;)

    • Merci !
      C’est vrai que connaitre le parcours donne un avantage indéniable et permet une bonne gestion et un bon dosage des efforts. Et les 35 premiers kilomètres du parcours forment une large boucle autour de Versailles. Pratique ;)

  4. Bravo ! Jusqu’au bout de l’effort et pour le plaisir de se surpasser. Bel état d’esprit, bon récit et très beau résultat … Merci pour ce moment de lecture. Perso à 40 ans je viens de m’y mettre et de faire mes 5km en 30 minutes alors les 50km en 4h30 comment dire … Ça fait envie ! Respect !
    Bonne récup ;)

  5. Retroliens : Eco-Trail de Paris 50km – Finisher dans la douleur ! - Le Blog de Djailla

  6. Une belle analyse grace a ce CR tout en detail. Les derniers kms ont du te paraitre en effet bien long. Et excellent les « rush » du selfinisher!
    A tres bientot dans les Alpes, mon ami! ;)

Laisser un commentaire :