Trail de l’Oisans 2011 : 20km de bonheur…

… au coeur d’un formidable week-end !

Le trail de l’Oisans est mon premier « gros » trail en montagne avec le dénivelé qui va bien. Cette course est aussi l’occasion d’un rassemblement d’une grande partie du Taillefer Trail Team.

Avant notre arrivée en Oisans, avec Clara nous avons fait une petite escale dans les environs d’Annecy. La journée du vendredi fut l’occasion de faire une jolie randonnée au départ du col de la Colombière (au dessus du Grand Bornan) en direction du Lac de Peyre.

Lac de Peyre, dans les nuages...

Lac de Peyre, dans les nuages...

Une rando courte en distance, mais raide : plus de 700m de dénivelé positif en 3,5 km. C’était aussi l’occasion d’observer toute une colonie de bouquetins assez peu farouches. Un très belle rando, entre brume, soleil, neige, verdure et caillasse… J’ai un peu négligé de me protéger du soleil très voilé, m’occasionnant ainsi un joli coup de soleil sur le crâne.

C’était un bon échauffement en vue de ce fameux trail de l’Oisans.

Le lendemain, après quelques heures de bus, Vinvin20 nous récupère à la gare de Grenoble et nous nous mettons en route direction Ornon, petit village au-dessus de Bourgd’Oisans.

Mr le Président

Mr le Président

Sur place, le TTTrail se rassemble, petit à petit…

Peu avant 18h, l’AG peut commencer, nous sommes tous là : DavidVirginieChristopheMichaelJean-MarcFrançoisFabrice et son ami Dominique, Christian et Françoise.. Une petite pensée pour les absents (Doune, Lexel…).

Après ce bon moment de discussions et de rigolades, nous passons à l’apéro, puis au repas : Lasagnes Party ! Nous écoutons avec attention Jean Marc nous décrire un peu les parcours du lendemain. La météo ne s’annonce pas fameuse, on fera avec !

Taillefer Trail Team

Taillefer Trail Team

22h30, tout le monde se presse dans les dortoirs, chacun prépare ses affaires du lendemain.

La nuit fut mauvaise : difficulté à trouver le sommeil, digestion difficile (le vin rouge n’était pas une bonne idée finalement ^^), lit trop court pour mes 1,92m… bref, à 5h45, le réveil est franchement difficile !

Comme prévu le temps est moche. Le col d’Ornon où se trouve notre gite est couvert d’un épais brouillard. On ne voit pas à 100m. Douche, petit déjeuner très classique avec des tartines pain-beurre-confiture et vient le moment de l’équipement.

J’opte finalement pour :

  • un cuissard court en bas
  • mon nouveau T-Shirt vert du Taillefer Trail Team manches courtes en haut
  • la veste Columbia pendant l’attente et dans le sac pendant la course en cas de coup de froid.
  • capo et casquette (plus contre la pluie que le soleil, vous l’aurez compris).
  • le Sac Salomon Advanced Skin Lab,
  • 2 mulebar en cas de coup dur
  • 1 gourde de crème de marron (merci vinvin20),
  • la couverture de survie et le sifflet obligatoires
  • 1,5 L d’eau avec un peu de sirop de menthe (merci Vinvin20)
  • iphone
  • Caméra GoPro, sur la tête
  • Garmin Forerunner 405, ceinture cardiaque et footpod
noostromo et christophe

noostromo et christophe

7h40, on se regroupe devant le gite.

10 minutes plus tard, les voitures sont au parking, on grimpe tranquillement vers la maison d’accueil par un petit sentier bien raide et bien humide (un avant gout).

Le départ du 30km est prévu à 8h30. Beaucoup de monde est venu participer ou encourager, malgré la météo calamiteuse. Ca fait plaisir. Jean-Marc est aux manettes, à fond ^^

Mickaël, Dom’, Bruno, Francois et David s’élancent donc sous nos encouragements sur le 30 km à 8h30. François est déjà parmi les premiers, Dom’, Mickael et David un peu plus en arrière.

Contrôle anti-dopage

Contrôle anti-dopage

pinky touch

pinky touch

Un dernier petit tour au « contrôle anti-dopage » et notre heure de départ arrive : à 9h00, les concurrents du 10 et du 20 s’élancent. Je choisis un départ tout doux, en compagnie des autres membres du TTTrail qui sont sur le 10 km. Après la montée initiale le parcours bifurque sur des petits sentiers où il y a quelques ralentissements. Je laisse là mes amis et accélère un peu, dépassant les concurrents dès que je le pouvais. Pas évident dans la petite descente initiale, où le sentier est étroit, et boueux.

Taillefer Trail Team au départ du Trail de l'Oisans 2011

Taillefer Trail Team au départ du Trail de l'Oisans 2011

Dès qu’on entame la côte, à partir du 2e kilomètre, il est plus facile de dépasser sans risque, d’autant plus que la pente est souvent très raide et je préfère bien souvent marcher vite que courir dans ces longues portions. Ce premier kilomètre de côte est vraiment très pentu. Au ravito du 3e km, je prends un verre d’eau claire (et bien fraiche).

Ravitaillement Km 3

Ravitaillement Km 3

Le sentier grimpe encore et encore. Cela monte ainsi, avec quelques rares moments de faux-plats (propices à la récupération^^), jusqu’au km 6,5. J’arrive au sommet en 1h06. Pour gravir cette côte de 675m de dénivelé positif sur 4km, il m’aura fallu 53 minutes ! Le temps et la distance s’écoulent de façon bien différentes en trail 😉

Côté ciel, depuis le début de la course, il y a un petit crachin qui tombe et je suis bien content d’avoir pris ma casquette pour ne pas avoir trop d’eau dans les yeux.

Vers les sommets !

Vers les sommets !

Enfin, la descente ! Très roulante pendant les deux premiers kilomètres, il est possible de courir assez vite. Après elle devient plus glissante, plus raide, et je dois ralentir un peu. A ce moment là j’entends un coureur derrière moi qui fait beaucoup de bruit. Je me retourne et je laisse un peu de place pour qu’il puisse me dépasser. Je suis sidéré par sa vitesse ! Il va au moins deux fois plus vite que moi ! Le terrain est pourtant glissant et assez traitre : le sol est recouvert d’une épaisse couche de feuilles dissimulant tout le relief du sentier et les éventuels obstacles minéraux… Ok, je viens de me faire mettre un énorme vent par le premier du 30 km. Ca décoiffe 😉

Quelques minutes plus tard, c’est le second qui me dépasse. Il va nettement moins vite 😉

La descente se termine. On arrive à la bifurcation : les parcours du 10 et du 20/30 km se séparent. A ce moment, ma montre sonne pour m’indiquer que 10 km on été parcourus. Je suis à mi-parcours en 1h27 avec les 2/3 du dénivelé déjà avalés. C’est de bonne augure pour être sous les 3h.

Dès le début de la montée suivante, je sens bien que les jambes ne répondent plus aussi bien. Les quadriceps sont raides et j’ai l’impression d’avoir un début de crampes dans les deux mollets.

François me dépasse en m’encourageant. Je n’ai même pas le temps de lui répondre qu’il est déjà loin. Il faut dire que mon cerveau est dans un autre monde, perdu dans la contemplation de l’environnement et la gestion du souffle. Une sensation terriblement grisante et c’est dans ces moments que je me dis que c’est ça aussi que je suis venu chercher dans ces montagnes.

Je m’hydrate bien dans cette montée. Je n’ai pratiquement pas bu pendant ces 10 premiers kilomètres (un verre d’eau au ravito du 3e). Il faut dire que la météo pluvieuse n’incite pas à boire alors qu’on se déshydrate pourtant autant. La montée est raide, et se fera pour l’essentiel en marchant, et en profitant de chaque portion moins raide pour courir un peu.

Au 13e kilomètre, un autre ravitaillement, très fourni celui ci, avec de la variété dans les boissons et dans les aliments solides. J’y reste un certain moment. Je n’ai même pas besoin de refaire le niveau de mon sac à eau, il est encore plein au 3/4. J’avale quelques tucs, et un fameux pain d’épice maison vraiment délicieux. Tellement délicieux que je repars avec deux tranches dans la main. Merci encore pour l’accueil chaleureux !

A travers les prairies

A travers les prairies

On sort de la forêt en direction du col d’Ornon. Cette partie découverte est magnifique, avec des prairies colorées. Puis on bifurque sur la gauche de l’autre côté de la route pour continuer à grimper encore. Les écarts se maintiennent avec ceux devant et ceux derrière. Cela fait un moment que personne ne m’a dépassé et que je n’ai dépassé personne. Je distingue à peine ceux devant et personne à l’horizon derrière…

Enfin le sommet et la descente commence, d’abord roulante sur une piste, comme la première. On passe au pied d’un tire-fesses puis on emprunte des sentiers très raides, très boueux. Je me fais reprendre, dépasser par un coureur. Ça glisse, ça glisse terriblement. Je descends en glissades successives. Et puis finalement BOUM. Une glissade moins contrôlée que les autres et je me retrouve par terre sur le dos. Fort heureusement, si la descente est raide et glissante, il n’y a que très peu de caillasse, donc pas de bobos. Juste une petite frayeur et une douleur aux adducteurs qui disparaitra quelques centaines de mètres plus loin. Deux poursuivants me rattrapent à ce moment tout en s’arrêtant pour demander au passage si ça allait — c’est ça aussi l’esprit trail. Pour la suite, c’est sur que la chute ne m’incite pas à accélérer dans la descente.

Tant bien que mal j’arrive au bout. Suivent des parties plus roulantes, au bord du ruisseau. Je rattrape une féminine qui m’avait dépassé lors de ma chute. Elle trébuche et manque de peu de se retrouver dans le ravin. Pas de casse, elle peut repartir. Je la dépasse et entame la montée finale. Au sommet, j’entends un bénévole crier mon numéro de dossard. Il me dit c’est fini, bravo !

Je suis presque surpris d’en avoir déjà terminé ! J’erre un petit peu après la zone d’arrivée. Jean-Marc m’attrape et m’interview 2-3 minutes.

Puis je retrouve les autres membres du TTTrail, ceux du 10 km. Tout le monde semble enchanté de sa course, cela fait plaisir à voir. Clara arrive super contente aussi 😀

La suite se passsera entre le gite du col d’Ornon pour une douche bien méritée, un retour dans la salle d’accueil pour un déjeuner très sympa avec tout le monde, et la remise des prix. Puis c’est déjà l’heure de se séparer 🙁

Vivement le prochain week-end avec le TTT trail !

Vidéo Trail de l’Oisans

Bilan du Trail de l’Oisans

  • une très belle première expérience de trail dans la montagne. Une seule envie : revenir !
  • y’ a encore du boulot pour être à l’aise dans les descentes un peu raides
  • la rencontre avec une très grosse partie du tttrail, hyper-chaleureuse
  • en gros, un merveilleux week-end, partagé avec des passionnés.
  • très belle organisation. Merci aux bénévoles, sympas et souriant malgré les conditions météo exécrables.

FC et ALLURE

FC, Allure et Altitude

FC, Allure et Altitude

TRACE GPS

[custom_field field= »embed » this_post= »1″ limit= »1″ between= »,  » /]

21 thoughts on “Trail de l’Oisans 2011 : 20km de bonheur…”

    1. oui, c’était un bien beau week-end, tout plein de chouettes souvenirs 😀
      Je mettrais sur la version longue de la vidéo le premier du 30 km qui me dépasse à toute vitesse 😉

  1. Géniale ta vidéo !
    En ce moment je lis pas mal de choses sur les trails ou courses en montagne et ça donne très envie de connaître et vivre ce genre d’expérience !
    Bravo pour celui de l’Oisans. Les conditions ne sont pas faciles mais c’est aussi ce qui rend l’épreuve passionnante !

  2. Ha!
    Je l’attendais avec impatience ce CR, et comme d’hab. je me régale. Il nous manquait le récit du 20km, c’est chose faite ! Merci de nous faire revivre ce week end qui s’éloigne bien trop vite…Et encore une belle vidéo à la « Noostro Running Meyer » 🙂

    1. merci merci…
      Je viens de me rendre compte que j’ai n’ai parlé ni du temps final, ni du classement ! (preuve que ces choses là ont un peu moins d’importance en trail que sur route ^^)
      Alors pour info, j’ai mis 2h45 pour faire les 18,5 km et je finis à la 35e place (sur 49).(résultats complets ICI)

Laisser un commentaire :